proverbes arabes

4 points principaux d’une vie heureuse : des proverbes arabes qui font changer d’avis les gens

Je suis impressionné par les gens prêts à apprendre et à changer, quel que soit leur âge. Je suis ravi des photographies sur lesquelles des hommes de 90 ans sont assis, les yeux myopes fixés sur des Talmuds philosophiques.

C’est un phénomène rare. Là où je vis, dans une province reculée du sud, les gens entre 40 et 50 ans sont convaincus qu’ils savent tout de la vie et que l’expérience des autres ne leur apportera rien de nouveau. Ils ont « vu la lumière » et ont tout compris de ce qu’est le bonheur : faire peu et recevoir beaucoup. Prendre plus que donner.

La vie est donnée pour le plaisir, pas pour labourer. Ils choisissent comme amis uniquement ceux qui ne diront pas un mot les uns contre les autres et qui seront d’accord sur tout. Pourquoi déranger votre âme encore une fois ? Ils rompent facilement les liens avec ceux qui se permettent d’avoir une opinion différente.

C’est ce qu’on appelle vivre comme on veut. C’est juste exagéré de qualifier ces gens de heureux.

Beaucoup se cachent derrière la phrase : « Ce n’est pas qui nous sommes, c’est comment est la vie. » Absolument tout peut y être justifié. Mais l’essentiel c’est le résultat ?

Sur quels 4 points devez-vous vous appuyer pour vous sentir heureux ? Nous apprenons des proverbes persans et des sages dictons arabes :

Parents

Lorsque les parents sourient, le jardin de l’âme ne se lasse pas de s’épanouir.

La relation entre les Russes et leurs parents n’est pas la même qu’à l’Est. Plus d’autonomie et d’individualisme. Certaines personnes voient leurs parents une fois par an, voire moins souvent. Il se considère comme une personne adulte et indépendante, qui a depuis longtemps rompu avec la jupe de sa mère et qui n’a pas besoin des conseils de son père.

Les sages orientaux en sont sûrs : c’est l’approbation et le soutien des parents qui contribuent de manière significative à l’image de votre vie heureuse. Quiconque remplace cette communication par une communication avec des amis perd beaucoup.

Et surtout : il ne donne pas l’exemple à ses propres enfants sur la façon de traiter les membres âgés de la famille. La vieillesse menace chacun de nous.

La capacité de garder la bouche fermée

J’ai appris à parler et j’ai grandi. J’ai appris à me taire – je suis devenu plus sage.

Je regrette souvent ce que j’ai dit, mais je regrette rarement d’avoir gardé le silence.

Le risque d’un bavardage excessif n’est pas seulement de révéler son propre secret ou celui de quelqu’un d’autre, mais aussi de tromper une personne avec ses paroles, de l’offenser ou de l’insulter involontairement, de lui inculquer des doutes sur l’amitié ou de l’effrayer avec ses peurs.

La capacité de pardonner

La capacité de pardonner est une caractéristique des personnes fortes. Les faibles ne pardonnent jamais.

Une personne qui sait de première main que notre monde est loin d’être parfait et que les gens ont des idéaux n’a pas d’exigences élevées. Il divise seulement les gens entre ceux qu’il accepte et permet d’entrer dans sa vie, et ceux qui doivent être évités et ignorés.

Porter des griefs dans votre âme est un fardeau trop lourd pour traverser la vie avec confiance.

Le pardon ne signifie pas oublier les actions d’une personne et l’aimer plus que jamais. Cela signifie se libérer de la négativité et cesser de faire confiance à quelqu’un qui n’apprécie pas cette confiance.

Regard sur la vie

Si le destin ne s’entend pas avec vous, faites-le.

Dès son plus jeune âge, une personne se compare aux autres, tire certaines conclusions sur la vie : à qui le destin est miséricordieux et généreux, et à qui – pas tellement. Il voit des gens riches et prospères, quelle que soit la façon dont cette richesse est mesurée – en argent, en talent, en intelligence, en dextérité ou dans le bonheur de la maternité, et essaie ce rôle par lui-même.

Désormais, tout dans la vie sera subordonné au fait de vivre de la même manière. Les sages arabes disent : n’imitez personne et ne suivez pas les traces des autres. Vous aurez votre propre vie unique. Mais une personne doit s’appuyer sur certains projets et rêves pour ne pas perdre l’équilibre.

Si ses rêves ne se réalisent pas, il commence à se considérer comme un échec : les affaires ne prospèrent pas, sa carrière est au point mort, il ne se marie pas, Dieu ne donne pas d’enfants.

Omar Khayyam a dit :

« Oh, Tout-Puissant ! Quand je perds espoir, aide-moi à me rappeler que Ton Amour est plus grand que mes déceptions et que Tes projets pour ma vie sont meilleurs que mes rêves. »

Le bonheur consiste à accepter la vie telle qu’elle est. Cela ne signifie pas suivre le courant, abandonner et obéir à la volonté de quelqu’un d’autre. Cela signifie relâcher notre emprise et ne pas exiger ce qui ne nous appartient pas.